Délires et insomnies.



Journée indéterminée. 5h du matin. Je n'ai toujours pas fermé l'oeil. Ça fait des jours que ça dure, pour ne pas dire des semaines. Je vais me lever, y'a rien de pire que de rester étendue là sans arriver à dormir. Les camions de déneigement font trembler mon immeuble au complet. Je vais essayer d'écrire, tiens. Rien. Cerveau hors d'usage. Cassé. J'espère que ça va revenir.


Journée indéterminée. 7h du matin. Les deux yeux grands ouverts, plus rien à faire. J'ai dormi quelques heures, au moins. J'ai froid, je me sens vide, je vais manger une bouchée, ça aide, parfois. J'ai l'impression de pouvoir sentir mes cernes sous mes yeux. On dirait qu'ils veulent entrer dans ma tête en passant par mes sinus. Ça pique. Je vais essayer d'écrire, tiens. Rien. Cerveau hors d'usage. Cassé. J'espère que ça va revenir.


Journée indéterminée. 6h du matin. Voir le jour se lever, ça me trouble toujours un peu. Ça me donne l'impression de vieillir de dix ans en une heure. J'ai l'impression que la même journée dure depuis des jours, tellement que je ne sais pas trop quel jour de la semaine on est. Les changements de saison me font souvent cet effet-là, j'ai du mal à m'adapter, j'ai le cerveau qui boue. Je vais essayer d'écrire, tiens. Rien. Cerveau hors d'usage. Cassé. J'espère que ça va revenir.


Journée indéterminée. 14h, sonnerie de réveil-matin-d'après-midi. Houla. Ça fait des siècles que je n'ai pas eu besoin d'un réveil, surtout l'après-midi, c'est pathétique. J'ai dormi 4 heures en ligne, je suis complètement déphasée. Merde, je travaille dans à peine une heure. Pour une fois que je dormais. J'me crinque un café, ça va aller si j'arrête de me plaindre. J'suis belle, j'suis bonne, j'suis capable.




Journée indéterminée. Heure indéterminée. Je refuse de regarder l'heure. Le temps qui passe me fait suer, j'ai décidé de l'ignorer. Je sais qu'il suit son cours, même quand je l'ignore. Le temps, y'a pas besoin de moi pour vivre sa vie. Je vais écrire, tiens. Rien. Cerveau hors d'usage. Cassé. J'espère que ça va revenir... pis vite parce que ça commence à me stresser.


Jour du seigneur. Heure indéterminée. J'ai regardé l'heure au réveil mais je laisse filer depuis. Je dois absolument placer quelques mots sur ma page blanche, je m'y suis engagée. Tant pis, ça sera ça pour aujourd'hui. J'ai le cerveau hors d'usage, mais je pense pas qu'il soit cassé. Ça va revenir, j'le sais. En attendant, tu vas me pardonner, ça aussi, j'le sais.


Constat : Je ne suis pas une machine, même si des fois j'me l'fais accroire.

Désir : Retrouver toute ma zénitude habituelle et renvoyer mes cernes noirs d'où ils viennnent.

Moyen pour y arriver : Laisser couler. C'est pas vrai que tout est toujours aussi important que j'le pense.


Love.








© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's