Se débarrasser d'un corps.

J'habite au centre-ville de Québec, dans un bloc appartement que je partage avec 4 amis barmans. On a chacun notre logement, chacun notre voiture, chacun notre stationnement. On vit souvent de nuit, alors on se trouve donc bien chanceux de pouvoir se permettre de faire la lessive à minuit ou de se faire cuire un steak à 4 heures du matin sans déranger personne. J'te dirai pas mon adresse, faut pas charrier, mais j'peux te dire sans trop de souci qu'entre nous, on appelle notre douce communauté "Le Royaume d'Arago". C'est pas une coopérative, mais on partage quand même certaines tâches et dépenses entre nous, juste pour le plaisir de s'entraider.



Cette semaine, l'immense bordée de neige qui est tombée sur le Québec ne nous a pas épargnée (on a beau avoir notre propre royaume, on a pas encore notre propre système météorologique, pis c'est pas faute d'essayer de se mettre chaud, j'te le jure). Ça fait que dès que j'ai eu congé, je suis sortie pour constater l'état des lieux. J'étais donc au sommet de ma montagne de neige, à constater la disparition de ma voiture que je ne voyais plus (à part le rétroviseur côté conducteur qui était toujours bien visible, comme un bras sorti d'une avalanche pour me dire "Hey, chu là! Sors-moi d'icitte!"), quand je me suis soudainement sentie vraiment découragée par l'effort que je n'avais même pas encore fait. J'suis pas du genre à me décourager pour rien, mais là, j'te jure, j'me suis sentie aussi dépassée que mon char.


Au même moment, bénédiction, mon proprio est arrivé, puis mon voisin, puis ma voisine... Tout le monde est sorti pour mettre la main à la pelle (habile adaptation du populaire dicton de pâte, n'est-ce pas?). Malgré toute la bonne volonté et l'entraide manifestée, on a quand même frappé un mur. On la met où, la crisse de neige?


J'me suis alors mise à réfléchir... Quand on habite en ville, se débarrasser d'la neige, c'est comme se débarrasser d'un cadavre. Si tu veux pas te faire pogner, tu dois trouver une solution rapide et efficace, que personne (à part tes complices, mettons) ne remarquera. Si tu mets ça dans la rue aux yeux de tous, c'est sûr que tu cours après le trouble, tu risques de pogner un ticket. Si tu laisses ça là en attendant que ça fonde, tu vas vite trouver que c'est encombrant, parce que même si ça pue pas autant qu'un cadavre (bon okay, j'ai jamais senti de cadavre, mais je peux très bien m'imaginer), ça s'accumule vite pis tu vas rester pris dedans. Voici donc quelques propositions rigolotes pour te débarrasser des traces du crime. Pas besoin d'avertir Interpol, c'est juste une métaphore, yo. Si jamais tu doutes, je t'invite à venir pelleter mon banc de neige pour en être assuré, ça va me faire vraiment très plaisir de te laisser faire tes vérifications.



1. Tu peux brûler le corps. Y'a rien comme un lance flamme pour faire disparaître les traces d'un cadavre. Ben chill dehors, idéalement en pleine nuit ou tard le soir, pendant que tes voisins regardent pas, tu sors le chalumeau pis tu mets le feu. Si t'as un galon de gaz de lousse, ça pourrait accélérer le processus, mais c'est moyen bon pour la planète. Juste au cas, sors toi une bière pis dis que tu relaxes autour du feu, même pas besoin de faire griller de saucisses pour couvrir l'odeur, un banc de neige qui cuit ça devrait pas sentir grand chose selon moi.


2. Tu peux mettre le corps dans l'eau. Ça d'l'air que ça efface les traces d'ADN (les tiennes, entoucas). Sors la hose, pis recouvre ça. Ou alors, rempli ta valise de char, pis vas dropper ça dans le fleuve. Haha. Un vrai mafieux polaire, toé chose.


3. Tu peux débiter le corps en morceaux. C'est plus facile à répartir un peu partout, pis tu risques moins de te faire pogner si tu élargis la scène de crime. Fais attention par contre si t'utilises une souffleuse, c'est un peu salissant quand ça revole partout pis tes voisins vont rapidement se rendre compte du subterfuge.



4. Tu peux manger le corps. Comme dans l'expression "J'ai pu de place dans ma cour, kessé tu veux que j'fasse avec toute ça, que j'la mange ?". Par contre, ça risque de te tomber rapidement sur le coeur, avec toute la marde qui a là-dedans, c'est probablement une excellente façon de te faire feeler tout croche. Pis anyways, t'as besoin d'avoir faim en maudit pour passer à travers le stock complet... Comme disait Plume Latraverse "On a tous sa marde à manger dans la vie. Le bonheur c'est rien qu'une question d'appétit. On a tous sa marde à manger dans la vie...Ouvre ta gueule, prend ta bouchée et puis souris!".


5. Tu peux faire fondre le corps dans ton bain. Je connais pas vraiment les rudiments chimiques qui permettent une telle opération pour un corps, mais j'ai vu Breaking Bad. Je suppose que tu pourrais rentrer toute ça dans le bain pis le faire fondre en douce. Ça va sûrement être long, mais au moins, tu pogneras pas de contravention. Haha.


6. Tu peux déposer le corps sur un terrain inconnu. Ça complique toujours les recherche quand le corps est loin de la scène de crime. Si tu droppes ça direct chez le voisin, y'a de fortes chances qu'on remonte rapidement vers toi. Par contre, si tu vas un peu plus loin, y'a personne qui va se douter que t'as fait autant de distance pour aller déposer ça là. Encore une fois, fais ça tard le soir ou en pleine nuit, parce que ça a toujours l'air un peu louche de se promener tout bonnement avec ton cadavre (ta neige, là). Quoi que... y'a rien de moins suspect que quelqu'un qui fait ses p'tites affaires en plein jour aux yeux de tous. Si t'as assez d'assurance pour faire ça au grand soleil, pourquoi pas, au fond! Les gens sont tellement blasés qu'ils ne remarquent plus rien. Tu pourrais déposer ça direct sur la rue Saint-Jean en plein jour qu'une personne sur deux enjamberait le corps sans y porter aucune attention.



7. Tu peux mettre le corps aux vidanges. Avec la quantité de sacs poubelle que la ville ramasse, tu cours la chance que personne se rende compte de rien avant le printemps, pis rendu là, ça va être difficile de déterminer la provenance des sacs. Par contre, double ça ben comme il faut, faudrait pas que ça déchire pis que quelqu'un s'en rende compte tout de suite (c'est de loin le plan le plus idiot).


Bon. J'arrête ça là. C'est pas les idées qui manquent, mais faut quand même que je garde mes meilleurs trucs secrets, l'hiver est pas fini. J'espère que tu réalises que c'est pas sérieux mon affaire, j'voudrais pas que tu prennes ça pour du cash non plus (mieux vaut préciser, comme j'ai écrit le mot "Interpol" plus haut, j'imagine qu'ils vont me lire. Wow, c'est clairement mon billet le plus surveillé). En espérant t'avoir fait rire un peu. J'suis désolée si tu t'es dit "Ah non, pas encore quelqu'un qui chiale contre la neige", mais j'espère que l'aspect humoristique compense pour le crime.


Bon dimanche, full love.















© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's