Paaaarty !

C'est mon anniversaire. Mon troisième, plus précisément. En fait, c'était le 7 février, mais comme je suis une blogueuse dominicale, c'est aujourd'hui que je te l'annonce. Il s'en est passé des choses en trois ans. J'ai rencontré plein de beau monde (pis des fois du moins beau aussi), j'ai appris tout un tas de choses, je me suis fait beaucoup d'amis, je t'ai raconté des belles histoires (des mauvaises aussi, soyons honnêtes, on peut pas écrire un hit à toutes les semaines) pis je t'ai ouvert mon coeur encore un petit peu plus.




Je profite de l'occasion pour te remercier d'être dans ma vie. Chaque année vécue vient enrichir mon réseau social et y'a pas une journée qui passe sans que je ne remercie le ciel d'être si bien entourée. Si c'est ça vieillir, j'cré ben que j'va être bonne pour vivre mille ans.


Si tu me suis sur Facebook, tu auras droit à un "reblog" à chaque jour pour une semaine. Je vais te répertorier mes billets favoris jusqu'ici pour souligner ma fête. Pis si t'es pas sur Facebook, je te partage mes 7 coups de coeur drette là. Je mentionne par la bande que mes coups de coeur, c'est pas nécessairement les billets qui ont le plus pogné, c'est juste ceux que j'ai personnellement le plus apprécié.




1. Je suis une femme. Des fois c'est pas facile, pis j't'explique un peu pourquoi. C'était quand même libérateur et c'est la raison pour laquelle ça se retrouve numéro un.


2. Whisky et Bistouri. J'aime ben ça me payer le luxe d'inventer de toute pièce des histoires. C'était un petit plaisir purement égoïste, une p'tite gâterie à moi de moi, pis j'avoue que j'y ai pris un malin plaisir.


3. C't'une joke. Parce que c'est bien important de rire le plus souvent possible, c'est toujours agréable de se faire raconter des blagues.


4. La serveuse du Nelligan's incarcérée. Fallait bien que j'te raconte mon p'tit séjour en prison, tsé.



5. F*ck you. Parce que ça soulage, que ça fait du bien de vider son sac, pis parce que je pense chaque mot que j'ai écrit dans ce billet-là.


6. J'ai dit non, bon. C'est important d'établir des limites à ne pas franchir en public. Chaque point mentionné dans ce texte est un fait vécu.


7. La mère Fouras. J'ai choisi ce billet-là juste à cause du photo-montage poche que j'ai fait en ajoutant ma face sur celle du père Fouras. C'est tout !


Sens toi bien salué, j'tenvoie mon plus sourire pis j'te remercie encore une fois d'être aussi smatte.


Much love.





© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's