Raz-de-marée

À moins que tu habites sur la lune, tu sais que c'était le Festival d'été de Québec depuis dix jours (ça se termine ce soir, d'ailleurs). J'espère pour toi que t'en as bien profité, pis que tu t'en sors pas trop amoché. C'est quelque chose d'aller au boulot chaque jour pour ensuite aller s'éclater au rythme de la musique à travers les immenses foules, pis de faire tout ça en restant en vie. Chaque jour qui se lève t'apporte une couche supplémentaire de bleu sous les yeux, mais c'est pas bien grave parce que chaque moment vécu fabrique des souvenirs qui vont te réjouir toute ta vie pour contrebalancer.



Moi cette année, j'suis allée voir aucun show du FEQ. Là tu vas te demander de quel droit j'me permet d'en faire mon sujet du dimanche d'abord? Ben c'est parce qu'au Nelligan's, on le vit aussi. La ville se remplit, donc évidemment y'a une partie de gens qui se ramassent chez nous pis c'est comme un festival des nouvelles faces. Ce qu'il y a de particulièrement bien pendant cette période, c'est que les gens sont sur un mode très festif, mais ils veulent pas non plus se fendre la face en mille morceaux parce qu'ils ont espoir d'être relativement en forme pour recommencer le lendemain. Ça donne une clientèle spécialement plaisante à servir, pis les rares exceptions qui sont désagréables sont même pas si pires parce qu'on sait qu'on les reverra probablement pu jamais.


Cette semaine, en tant que non-FEQstivalière, je t'offre ma compilation des moments fétiches de MON Festiface au Nell.


Certains touristes ont vraiment été cool, mais comme c'est des touristes, j'ai pas nécessairement leurs noms pour les saluer. Faque dis-toi que si t'es venu passer des bons moments au pub et qu'on a partagé un shooter entre deux rush, c'est probablement de toi que je parle. Les humains, c'est pas mal tout le temps ce que je peux trouver de plus beau dans ces circonstances pis j'ai été bien gâtée cette année.



La douche sur la terrasse. Mon boss a pogné une crampe au cerveau pis en pleine canicule, il a installé une douche sur notre terrasse. Au début les gens étaient pas sûrs, mais quand la glace a été brisée, c'est devenu une superbe station-fraîcheur. Rassure-toi, c'est pas une affaire de tout-nu, les gens gardaient leurs vêtements... c'est juste que tant qu'à être détrempé de sueur, aussi bien en profiter pour se rincer avec de l'eau au passage, ça change pas ton look, mais ton confort lui s'en voit grandement augmenté.



Le raz-de-marée humain. Chaque jour sur le 5 à 7 ça rentrait en malade, les deux salles et la terrasse se remplissaient de gens joyeux qui se préparaient à aller voir un show. Ensuite la salle se vidait presque d'un coup pis ça nous laissait le temps de préparer l'arrivée du tsunami de 23h. On voit littéralement une immense vague de gens déferler dans les rues et entrer un petit peu partout au gré de la descente. C'est comme une bombe, quand ça pète c'est ben bruyant, pis dès que les premiers festivaliers franchissent le pas de la porte, les serveurs s'excitent et se mettent en mode machine de guerre. Ça donne un bon kick d'adrénaline pis c'est vraiment l'fun à vivre.


Si c'est l'fun à vivre de même, c'est parce qu'on a une équipe bien rodée. Cette année encore plus qu'avant, on a eu de l'aide de nos fidèles. Je salue au passage l'ajout de l'équipe "temporaire" de Cédrick et de Guy, nos portiers dévoués et sympathiques qui ont permis aux personnel de service de se concentrer sur les commandes sans avoir à se soucier de sécurité ou de présence de mineurs. Ces précieuses minutes épargnées ont été consacrées à la qualité et à la rapidité du service et c'était clairement une formule gagnante.



Notre équipe est très soudée, tu peux t'en rendre compte quand tu nous vois rigoler ensemble, pis cette semaine, tout le monde a mis les bouchées doubles. La chaleur, la fête et les nuits courtes peuvent rendre certaines choses plus difficiles à endurer, mais notre équipe du tonnerre n'a même pas bronché. C'est important de vous remercier pour votre implication la gang, vous êtes "sua coche".


C'est pas l'originalité de mon billet d'aujourd'hui qui va me faire passer à l'histoire, mais fallait bien que je prenne le temps de souligner les petites et grandes choses qui ont fait la différence dans ma vie récemment. J'te remercie pour ta compréhension de ce matin, des fois ça prend un peu de repos pour être capable d'écrire. Toi aussi tu fais la différence dans ma vie!



Bonne semaine !


#festiface







© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's