Boire ses émotions

Les émotions humaines sont parfois incontrôlables. Elles sont souvent puissantes, si puissantes qu'elles influencent non seulement notre état psychologique mais également notre état physique. Une grande émotion accélère le pouls, fait rougir ou pâlir la peau, donne une impression de chaleur ou un serrement dans la poitrine et bref, elles nous rentrent dedans de plein fouet. Sans sombrer dans le négatif en utilisant le mot pathétique (parce que je n'en pense rien), je me considère comme une personne bien sensible. Y'a un tas de choses qui soulèvent en moi de grandes émotions et j'ai choisi d'aborder ce sujet avec toi aujourd'hui. Si un jour t'as envie de me faire pleurer (je vois vraiment pas pourquoi tu voudrais me faire ça, mais sait-on jamais) tu sauras par où commencer.


Je ne saurais dire si l'émotion est positive ou négative, mais lorsqu'il y a une foule de personnes qui font la même chose en même temps, j'en suis très émue. Par exemple, dans la série de films The Hunger Games, chaque fois qu'un participant au jeu doit quitter son district et laisser derrière parents et amis (avec très peu de chance de revenir vivant), tout le monde lève la main droite bien haut en redressant trois doigts en l'air. Chaque fois que je vois ces scènes (parce qu'il y en a beaucoup) je sens ma gorge se serrer et mon estomac se nouer. C'est inévitable. Cet élan de solidarité généralisé me bouleverse sans que je ne sache réellement pourquoi. À un degré divers, ça me fait un peu le même effet de regarder une chorégraphie qui implique beaucoup de monde, puis même, il m'arrive d'avoir une émotion massive lorsque je regarde chanter une chorale. Je sais pas trop pourquoi, mais tout le monde qui fait la même chose en même temps, ça m'émeut beaucoup.


Parlant de chorale, il m'arrive souvent d'avoir les larmes aux yeux lorsque j'écoute de la musique. Certaines voix peuvent à elles seules provoquer chez moi une grande émotion. Par exemple, j'adore la voix rocailleuse de Richard Desjardins. Au-delà du fait qu'on partage la même terre natale, je suis bien attachée à sa musique. Une de ses chansons en particulier me fait vivre de grandes émotions : Nous aurons. La chanson est très bien écrite et il faut dire qu'une chorale d'enfant, c'est assez émouvant merci.




Tranche de vie musicale émotive. Un beau jour je faisais la route entre Amos et Québec. Mille kilomètres, seule au volant. Au départ j'étais super excitée par l'idée, même si je laissais beaucoup de choses et de personnes importantes derrière moi. Je devais avoir bu quatorze cafés, le soleil brillait bien haut dans le ciel et j'étais prête à affronter la distance qui séparait mon ancienne vie de ma nouvelle. À peine deux cent kilomètres plus tard (on s'entend pour dire qu'il me restait encore un méchant boute à faire), je ne comprends pas pourquoi mais j'ai des larmes qui me brûlent les yeux. Ma vision se brouille, j'essaie de me gérer pour pas être forcée de m'arrêter sur le bord de la route pour cause de "je vois pu rien parce que je braille trop", pis je me demande bien où est passée ma bonne humeur d'un peu plus tôt. Soudainement, j'allume... J'avais mis l'album de James Blunt dans mon lecteur. Sans trop m'en rendre compte, je l'écoutais lyrer (okay, je chantais/gueulais moi aussi) pis ça m'allongeait la face. Dès que j'ai compris la source de mon malheur, j'ai ouvert la fenêtre et balancé le CD au bout de mes bras. C'est pas une attitude bien écolo, mais le sourire m'est revenu rapidement et depuis, quelque part à l'entrée du Parc de la Vérendrye, y'a un album de James Blunt qui traîne en bordure de route, pis moi je ne l'ai plus jamais réécouté. Safia Nolin me fait le même effet et même si je l'adore, je pense que ça prend une fichue de bonne santé mentale pour passer à travers un album entier.


Y'a un inévitable. Il m'arrive parfois (moins maintenant, mais étant enfant c'était fréquent) de penser au jour où les personnes que j'aime quitteront ce monde. Personne n'est éternel, je l'ai appris bien jeune, et depuis ce triste constat, chaque fois que mon esprit vagabonde dans cette obscure direction, ma poitrine se serre et les larmes me montent aux yeux. Si j'étais actrice au cinéma, je saurais à quoi penser pour faire venir mes larmes pour les scènes tristes, ça a un taux de réussite bien élevé.




Le soleil du printemps éveille en moi de belles émotions. À cette période-ci chaque année, le soleil se rapproche de la terre et me réchauffe les joues quand j'attends au coin de la rue. Ça se passe toujours de la même façon, je sors en pensant qu'il va faire super froid, comme les autres jours d'avant, puis je constate que non seulement il ne fait pas si froid, mais que le soleil commence à me réchauffer la peau. Je trouve l'hiver un peu long et juste le fait de savoir que le printemps s'en vient, ça me rend tout chose. Des fois j'me dis que je suis comme une plante, pis que c'est juste mes bourgeons intérieurs qui frétillent. Bourgeon ou pas, j'adore cette période de l'année. Je reprends espoir et même si je suis pleinement consciente que l'hiver n'est pas encore derrière, ça me redonne l'énergie pour passer à travers ce qu'il en reste.


Le chant des oiseaux me fait un peu le même effet, probablement pour les mêmes raisons. Quand le printemps est proche, y'a des petits oiseaux qui reviennent se poser sous ma fenêtre pour chanter. Chaque fois que je les entends, c'est comme un boost intérieur automatique. Même quand ils me réveillent à 6 heures du matin, j'aime bien les entendre piailler, ça me redonne espoir.




J'aime beaucoup sentir les vieux livres (et même les nouveaux!). Le récit qu'ils contiennent me touche clairement beaucoup, mais au-delà de ça, quand je plonge mon nez dans un bouquin et que je sens les effluves de papier et d'encre, ça me fait quelque chose à l'intérieur. Je ne m'explique pas très bien pourquoi exactement, mais chaque fois que j'hume un livre, je me sens très privilégiée de l'avoir entre les mains. J'achète presque toujours usagé et quand j'acquiers un nouvel ouvrage, je me demande par où il a bien pu passer avant, de quelles scènes il pu a être témoin... Bref, je me demande ce qu'il a vécu avant de se poser dans mes mains. Je sais que les objets n'ont pas d'émotions, mais ils m'en font quand même vivre tout plein et même si c'est un peu intense, ça fait partie des choses qui me plaisent énormément.


Tu pourras dire que je suis une romantique pis que mon p'tit coeur est facile à atteindre, je deal bien avec ça, ça fait partie de moi. Je sais que j'suis pas la seule pis qu'on est une gang à vibrer par en-dedans pour des raisons diverses. J'trouve ça bien beau. Quelle chance on a de pouvoir vivre toutes ces émotions!







© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's