Prérequis, la paresse.

On a tous déjà reçu un service moyen en sortant dans un bar. Entre le barman qui texte et se fiche éperdument de la qualité de son service et celui qui vient te gosser aux deux minutes pour être bien certain que tu ne manques de rien sans toutefois te laisser le temps de toucher à ton verre, y'a un paquet de skills qu'un bon barman doit posséder pour bien combler les exigences du métier. Ne devient pas barman qui veut, pis si tu penses que c'est une partie de plaisir en tout temps, tu te trompes. Comme dans tous les domaines, mon métier requiert certaines qualités bien précises pour être bien exécuté.




C'est une évidence, ça demande beaucoup d'entregent, c'est un must. Particulièrement dans les pubs, un barman doit arriver à te faire sentir comme chez toi rapidement. Il faut savoir jauger chaque client selon ses besoins respectifs. Certaines personnes sont en quête de tranquillité alors que d'autres veulent être intertainés. Chaque client est unique, y'a pas de méthode magique, il faut savoir s'adapter à toutes les situations. L'entregent et l’amabilité, ça ne s'apprend pas. Tu l'as ou tu l'as pas, pis si tu l'as pas, t'es clairement pas fait pour le métier.


Ça a l'air de rien de même, mais il faut savoir compter. Le calcul mental doit être acquis rapidement. Pas le temps de niaiser, faut que ça marche vite entre tes deux oreilles. J'ai rarement vu mes collègues se balader avec une calculette de tables en tables. Tu dois savoir additionner et soustraire sans erreur, sinon tu te retrouves dans la merde à la fin de ton quart, quand t'essaies de faire balancer ta caisse. T'as pas envie de remettre la mauvaise monnaie à ton client non plus, faut que tu sois sharp.



La discrétion est aussi un atout important. L'alcool aidant, on voit un paquet de choses mémorables. Que ça soit les french de fin de veillée ou quelque chose de plus plate comme du monde malade, tu te dois de ne pas crier sur tous les toits ce que t'as eu le plaisir ou le malheur de voir. C'est une question de respect des autres.


Tu dois être patient. En tout temps. Même avec ceux qui le méritent pas. Y'aura toujours un cabochon pour tester tes limites et perdre ton self-control ne devrait jamais être une option. C'est pas toujours facile, mais c'est important de ne pas succomber, faut savoir se maîtriser.




Ça va te paraître bizarre comme qualité, mais pour être un bon barman, tu dois être un peu poker face. On peut pas aimer tout le monde pis être toujours de bonne humeur, tu sais déjà ça. Quand t'es en fonction, tu dois faire un peu comme si c'était le cas. Tu dois cacher tes émotions négatives parce que même si t'es humain, c'est pas très professionnel de les extérioriser. Quand ça feel pas, tu mets ton "costume" pis tu vas travailler quand même, avec un sourire dans la face. C'est d'même qu'il faut que ça se passe.

Autre qualité douteuse, mais nécessaire, tu dois être "paresseux". Ce que je veux dire par là c'est que tu dois économiser tes pas en rentabilisant au maximum tes déplacements. j’appelle ça "faire des voyages de lâche". Quand tu te promènes en salle, il faut que tu t'arranges pour jamais avoir les mains vides, c'est une technique qui rend à peu près n'importe qui plus efficace.




Il faut aussi que tu sois capable de gérer plusieurs choses en même temps. Les commandes en cours, l'accueil des nouveaux clients, la pizza dans le four, la course de fin du happy hour, monsieur chose qui vient de prendre sa dernière gorgée, ton cerveau doit compartimenter tout un tas d'informations sans rien oublier. Faut jamais que tu cèdes à la panique non plus, parce que si c'est le cas c'est le début de la fin. Y'a certaines journées que je termine en me demandant comment j'ai fait pour survivre, pis bien souvent, ce sont celles-là qui sont les plus satisfaisantes.


Je lève mon chapeau à tous les bons barmans de ce monde, vous êtes des machines de guerre !









© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's