Le beurre pis l'argent du beurre

Il m'arrive parfois de rêvasser sur des sujets un peu random. L'autre soir j'étais dans ma voiture et je roulais sur la Côte d'Abraham. Comme à chaque été, les chantiers de construction abondent (j'sais ben qu'à moins quarante, c'est pas le best pour asphalter). Les automobilistes sont pris pour emprunter mille et un détours pour vaquer à leurs occupations, et même si je ne cautionne pas l'utilisation abusive de la voiture, je comprends quand même que pour les travailleurs, être pogné dans le trafic à tout bout de champ ça fait chier. J'étais donc au volant de ma zézette et j'essayais tant bien que mal de rentrer chez moi à travers les chantiers, pour finalement me dire "Hey, c'est tu pas beau pareil de faire la gréve pendant que la ville est sans dessus dessous".



Sans rancune pour les boys de la construction, je comprends que ça peut être moche de travailler la fin de semaine, le soir, pendant les congés fériés pis toute (j'imagine que j'ai pas besoin de te préciser que c'est ma réalité aussi), mais j'me dis que des fois, y'a des coups de pieds au cul qui se perdent. Y'a toujours ben personne qui les force à exercer ce métier là particulièrement. Faque à travers tout ça, il m'est venu une drôle de réflexion. J'me suis demandé ce que ça aurait l'air si tout le monde travaillait à pourboire.


Le pourboire, au-delà de la norme, c'est en quelque sorte un outil d'expression pour le consommateur. Si la job est correcte, tu donnes ce que tu dois donner, mais sans plus. Si la job est sua' coche, tu débourses un peu plus pour manifester ton appréciation pis quand le service que tu reçois est vraiment pourri, tu peux possiblement garder ta contribution pour toi (tranche de vie, même quand le service est pourri j'ai bien du mal à ne rien laisser comme pourboire, ça me culpabilise énormément même si je sais que je devrais pas). C'que j'te raconte là c'est ma réalité. Dans ma vie ça marche de même, plus je travaille fort pis plus c'est rentable, c'est simple simple simple.



Si je te parlais de la construction tantôt, c'est parce que quand j'étais bloquée dans un chantier (qui plus est, désert) en train de me demander pour kessé faire que ça avançait pas d'même, j'me suis dit que ça serait bien des fois si tout le monde marchait à pourboire. C'est un peu intense comme réflexion, mais j'ai l'impression que si le revenu était toujours directement relié à l'effort fourni, y'aurait du monde qui se donneraient un peu plus. T'as pas envie de te forcer pour travailler? T'as une face de batte parce que t'as mal dormi? Ben too bad, tu battras pas tes records de salaire aujourd'hui, c'est toi le pire.




J'pense entre autre au personnel qui te reçoit au bureau d'arrondissement, quand t'as besoin d'avoir une nouvelle vignette pour garer ta voiture pour ton déménagement, mais que vu que t'es pas encore emménagé t'as aucun document à ta nouvelle adresse. C'est une des expériences les plus frustrante que j'ai vécue en arrivant dans la Capitale. J'me souviens encore de la face de marde (je sais, je ne modère pas mes mots mais je te jure, j'en pense pas moins) qui m'a dit "Madame Choquette, vous devez avoir en main deux documents à votre nom avec votre nouvelle adresse, sinon vous ne pouvez tout simplement pas obtenir de vignette", et moi d'expliquer tant bien que mal que je n'avais rien reçu encore, parce que je n'y étais pas emménagée, mais que pour mover mon stock, fallait ben que j'me park quelque part. S'en est suivi une discussion froide, sans compassion ni volonté d'aider, ce qui m'a fait un peu pogner les nerfs intérieurement. Demeurer polie dans de telles circonstances est toujours un peu forçant, mais comme ma mère m'a bien élevée, j'ai conservé mes réflexions pour moi.



Oh je sais bien que c'était pas la faute du commis personnellement, mais tsé, si y'avait eu plus de sourire et moins d'indifférence, il me semble que ça m'aurait laissé un souvenir moins amer. Ces gens-là, que j'me dis, s'ils marchaient au pourboire, ils se forceraient un peu plus pour être smattes, pis tout le monde y gagnerait. Y'a pas juste les commis pour les vignettes qui devraient marcher au tip, y'a aussi tous ceux qui s'occupent des services publics. Tsé, ceux qui font affaire avec le monde là. Y'en a une méchante gang dans le tas qui se contre-crissent bien d'offrir un service courtois. Ça pourrait être nice d'instaurer des "primes à la gentillesse". J'serais bien prête à débourser quelques dollars supplémentaires pour parler avec des humains aimables plus souvent.



Y'a une autre affaire aussi qui me fait rire jaune. C'est quand tu dois avoir quatorze papiers tissés avec les restes du saint-suaire, signés avec du sang de vierge, scellés à la poudre de corne de licorne pis enroulés dans des cheveux d'anges pour venir à boute de te louer une machine à laver les tapis au supermarché. Ça me fait aussi bien rigoler de devoir sortir mon passeport pour louer un film au dépanneur (oui, t'as bien compris, j'exagère beaucoup), juste au cas où y me prendrait l'envie de pas rapporter la copie préhistorique de Forest Gump toute grafignée que j'ai louée en m'achetant un sac de chips Yum Yum au ketchup en me disant que j'étais trop lazy pour le downloader. Haha.


Anyways, je m'écarte du sujet... Tout ça pour dire que dans la vie, j'pense que ça pourrait être vraiment chouette si tout le monde qui se dévoue un peu plus à la tâche pouvait mettre la main sur quelques sous. J'sais bien que c'est un drôle de statement d'imaginer que pour motiver les troupes à être simplement aimables ça prendrait un peu plus de fric en bout de ligne, mais tsé, on va pas se leurrer. Même si on aime bien notre travail, on le fait très peu souvent pour gratisse. Les sourires et la reconnaissance sont des choses formidablement stimulantes, certes, mais mon proprio n'accepte pas encore que je le paye en high five.



En espérant que mes divagations au sujet des pourboires ne t'aient pas trop choqué (pis si c'est le cas j'te rappelle que j'ai tendance à dire pas mal tout ce qui me passe par la tête ici, n'en déplaise à certains, c'est du divertissement souviens-toi) je te souhaite une fichue de belle semaine, j'espère que tu seras pas pogné dans trop de chantiers de construction pis j'espère aussi que tu te feras pas trop suer avec la mauvaise attitude de certains professionnels.


Bon dimanche!




© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's