Jojo Médium-Large

On raconte parfois qu'on peut connaître un individu en regardant simplement son alimentation. Tu dois connaître déjà la célèbre phrase "Dis-moi ce que tu manges, je te dirait qui tu es". Moi j'ai une autre version de ça en tête, qui est reliée à la boisson. Dans mes observations, c'est pas juste ce que tu bois qui te défini, mais également comment tu le commandes et comment tu le consommes. Ça fait que devine quoi? C'est de ça qu'on va rire aujourd'hui. Garde l'esprit léger, c'est bon pour ta santé de pas trop te prendre la tête.


Voici donc, toujours selon ma perspective (parfois douteuse, j'avoue), les différents types de personnes selon leurs habitudes de consommation.



1. Le straight. Tu call toujours la même chose parce que c'est rassurant, parce que tu connais ça. Tu bois toujours ta bière au même rythme et je peux savoir quand ce sera le temps de te resservir simplement en regardant l'heure. T'es square, square, square. T'es comme un jour de la marmotte version pub. En te voyant entrer, je sais déjà combien va te coûter ton bill à la fin, t'es vraiment prévisible. À titre indicatif, j'aime ben ça dans le fond, t'es clairement le client le plus facile à servir que j'ai.



2. Le gourmand. Toi tu vois grand. Tu veux manquer de rien. Ta bière est juste à moitié pis t'es déjà en train de te commander autre chose. T'aimes ça avoir plus qu'un verre devant toi parce que le pire ça serait d'en manquer. T'es toujours prêt à essayer des nouvelles affaires et tu ne dis jamais non quand on t'offre quelque chose. T'es clairement là pour t'amuser, alors pourquoi se restreindre? Il faut boire sa bière à grande gorgées, comme on mord dans la vie à pleines bouchées, t'as bien compris ça toi, tellement que des fois ça renverse sur ton gilet. T'es beau tsé.



3. Le modérateur. Tu ne bois pas très souvent et très rarement tu exagères. C'est pas tant que tu consommes toujours les mêmes affaires, mais c'est plutôt ta façon de les consommer qui est classique. T'es l'incarnation de la raison, tu ne bois ni trop vite ni trop lentement, tu demeures toujours en vitesse croisière et les extrêmes te sont facilement évitables. T'es clairement pas le genre de personne qui va l'échapper et finir la soirée les nipples à l'air à payer des shots à tous les inconnus au bar. T'es même une espèce de figure de référence en matière de généralité. En te regardant aller on peut savoir à peu près où on se situe nous-même sur l'échelle de la raison.


4. L'extrémiste. Toi t'es comme l'anti-modérateur. Soit on te voit pas pendant des jours parce que tu restes chez toi à boire de la tisane et à te coucher tôt, soit tu passes ta semaine au bar à te monter des bills de pas d'allure. Y'a des moments où tu surveilles ton alimentation, ta consommation et tes sorties, tellement que tu nous juge quand on est un peu croche. On t'en veut jamais bien longtemps parce que même quand tu nous énarve avec tes saines habitudes du moment, on le sait que tu vas flancher bientôt, c'est dans ta nature et on attend tous le retour de ce moment. Chassez le naturel et il revient au galop. Faut dire que t'es quand même relativement équilibré dans tes habitudes. Si on calcule la moyenne de ce que tu fais, t'es ni trop sage ni trop tannant, t'es en plein entre les deux, faut juste te pogner dans tes bons jours.



5. La poule de luxe. Je sais pas ce que tu fais dans la vie ni comment t'arrives à t'offrir tout ça, mais tu y vas pas de main morte quand c'est le temps de te commander quelque chose à boire. T'aimes les choses raffinées pis si ça prends moins que 5 minutes pour préparer ton cocktail (ouais, t'es pas le genre à te commander une bière en spécial non plus), t'as pas l'impression que c'est assez bon pour toi. T'es un peu péteux comme on dit. C'est pas méchant, mais t'as besoin de montrer au monde que t'es high class, pis tu l'exprimes en commandant. T'es le genre à spécifier combien de coups de cuillère je dois donner dans ton mélange, dans quel verre (pas juste la forme, mais le stamp dessus aussi) tu veux que j'te serve, l'épaisseur de la coupe de tes fruits et avec combien de glaçons très exactement tu dois boire ton drink. N'y vois rien de péjoratif, c'est ben correct d'avoir des consignes claires, tant que tu m'en veux pas trop si j'ai laissé tombé un 4e morceau de glace dans ton verre par inadvertance. Tu vas t'en remettre, je pense.


6. L'indécis. T'es toujours le dernier servi à ta table parce que t'es incapable de faire un choix. Pour toi, quand c'est l'abondance c'est une vraie damnation. Quand tu dois faire un choix, t'as un combat intérieur qui s'enclenche et la guerre n'est jamais gagnée d'avance. Vraiment pas facile, tu peux passer 5 minutes juste à peser le pour ou le contre de te commander un cidre au lieu d'une stout. J'ai un truc pour toi, sors une pièce de monnaie et laisse le sort décider. Faut vivre dangereusement des fois.



7. Le sauveur. T'es arrivé avec l'intention d'être sage, mais finalement tu l'as échappé un peu pis là t'es en train de payer la traite à ton voisin de droite que tu viens à peine de rencontrer. Il te déballe sa vie, toi tu le prends en pitié. Je le sais que t'es pas plus en moyen que lui, mais tu t'es dit que t'allais récolter des points de karma en lui offrant généreusement de quoi s’enivrer. Faut faire attention à toi un peu, je sais que t'as envie de sauver le monde, mais t'es pas le messie. Pire que ça, c'est pas tout le monde que tu rencontres qui est aussi purement bien intentionné que toi, tu pourrais l'apprendre à la dure, méfie-toi.


8. L'indifférent. Y'a rien qui te fait rien. On dirait que quand les émotions sont passées chez toi, t'étais en train d'faire une grosse job pis t'as pas pu répondre à temps à la porte. Quand tu commandes, impossible de dire si t'es timide, peiné, neutre ou si t'es en train de réfléchir à une technique pour aborder la personne à ta gauche. Y pourrait y'avoir une explosion à côté que ta face changerait pas pour autant. Troublant. Ça me fait toujours étrange de me faire commander "ce que tu veux".



9. L'abusif. T'es là pour faire la fête pis tu fais rien à moitié. Tu parles fort, tu vois grand, c'est écrit dans ta face que ça se finira pas bien. C'est tu toi qui va finir les nipples sortis pour mon numéro 3? Juste pour être sûr tu commandes une tournée de 6 shooters, pis t'as aucunement l'intention de les offrir à tes camarades.


10. La Sainte-Nitouche. T'es entré dans le bar en sachant pertinemment que c'était pas une bibliothèque mais pourtant tu roules les yeux à chaque fois que quelqu'un s'excite un peu trop à côté de toi. Tu t'offenses quand ton voisin te touche en mettant son manteau, tu mets tes mains sur tes oreilles quand quelqu'un commande derrière toi, t'es même rendu que tu juges le barman d'entertainer les gens, parce que tu trouves que c'est un peu too much. On va se le dire, si tu voulais la paix tant que ça, fallait pas quitter ton salon.



Le potentiel d'écriture est presqu'infini quand j'y pense, mais je vais m'arrêter là pour cette semaine... qui sait, tu auras peut-être droit à une suite dimanche prochain, who knows.


Bon dimanche, profite du temps qui passe doucement pis si tu sais pas quoi faire de ta vie et que t'as envie de savoir où tu te situe dans mon top du jour, passe nous voir au Nelligan's on va checker ça.








© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's