Lâche-toé la bébelle

Chaque nouvelle année est propice aux prises de bonnes résolutions. Peut-être que tu t'es dit que cette année, tu te mettrais au sport. Peut-être même que tu t'es inscrit au gym, pis encore plus hypothétiquement, peut-être que tu vas y aller quelques fois, question de rentabiliser ton abonnement un peu. Ça se peut aussi que tu te tannes pis que tu te dises "fuck it, ça m'irait pas très bien des pipes anyways" pis que tu y retournes pu tant que ça d'ici quelques semaines.



Peut-être que ta résolution de cette année, c'est de cuisiner plus. Faque t'es allé te faire une belle grosse épicerie pleine de bons fruits et légumes. Tu t'es préparé quelques lunchs pour ton retour au bureau, t'as ben aimé ça, mais déjà cette semaine tu commences à être un peu tanné d'manger tes p'tites crudités. T'as même laissé jaunir ton brocoli pis tu songes sérieusement à te taper un bon cheeseburger lundi pour récompenser tes récents efforts.



C'est le classique, chaque début d'année y'a un paquet de monde qui se fixent des objectifs (plus ou moins réalistes bien souvent) sans trop avoir de stratégie pour concrétiser le plan à long terme. J'y échappe pas moi non plus tsé. Pour ma part, c'est pas tant les points nommés précédemment que je me suis promis d'améliorer. Pas que c'est pas des bonnes idées là, c'est juste que je travaille là-dessus depuis quelques années déjà pis je m'en viens pas pire.


Cette année, pour améliorer ma qualité de vie, j'ai eu un flash de génie. J'ai décidé de lâcher mon cellulaire un peu. Avec le temps, j'ai développé une relation amour-haine avec cette bébelle électronique de l'enfer. C'est le genre d'objet dont je peux difficilement me passer au quotidien (sauf quand chu dans l'bois, dieu merci, mais tsé, l'hiver est long...) pis je pense qu'avec le temps, j'ai développé une petite dépendance.



Faut dire que c'est pratique en verra un cellulaire. Je m'en sers comme calculatrice pour balancer ma caisse à la fin de chaque journée. Je m'en sers également comme bloc note pour enregistrer les excellentes idées (*tousse*) qui me viennent pour l'écriture de mes chroniques dominicales. C'est aussi mon agenda, y'a une magnifique application qui me rappelle que j'ai des engagements et qui m'aide à être une adulte à peu près responsable. Je l'utilise pour prendre des photos, question de garder des souvenirs des moments magiques qui me sont offerts chaque jour (je fais même religieusement des backups). Je m'en sers comme lampe de poche quand j'essaie de trouver mes clés dans le fond de ma sacoche (qui malgré sa taille minuscule peut absorber autant de cochonneries qu'un trou noir). Je m'en sers pour suivre la météo, écouter de la musique et jouer au solitaire quand j'ai du temps à perdre (je joue tellement à des jeux plates t'as pas idée). Comme bien des gens, je m'en sers pas mal souvent, même bien au delà de l'utilisation classique du "téléphone".



Comme bien des gens aussi, j'suis sûre que t'as un ami qui a constamment les yeux rivés sur son cell. Y'a beau avoir des humains merveilleux qui sont réellement autour de lui, y'arrête pas de texter du monde qui sont même pas là au lieu d'en profiter. Pire que ça, y scroll son feed Facebook sans aucune pudeur, dans ta face, pendant que t'essaies d'entretenir une conversation qui est visiblement vouée à mourir. Quand tu partages un repas avec lui, son téléphone est juste à côté, sur la table, comme une présence maléfique que t'as pas invitée à ton souper. Avoue, il t'énerve cet ami-là.


En même temps, si t'es comme moi, il t'a fait réfléchir, pis ça c'est pas mauvais. À force de le voir faire, t'as fini par te dire qu'il fallait que tu remettes en question ta propre utilisation de ton appareil mobile avant de le juger gratuitement, ça fait que tu t'es auto-évalué.



Quand j'ai fait une révision de mes habitudes, j'ai eu envie de prendre une résolution moi aussi. Pour ma part, c'est pas parce que je m'en sers trop dans face du monde, ni parce que j'ai toujours les yeux rivés dessus. Bon, c'est certain que si ça sonne je vais répondre, mais j'irai clairement pas stalker les nouveaux posts de mes amis virtuels sur Facebook si j'ai des amis réels à mes côtés.


Mon problème à moi c'est que comme bien des gens, mon cellulaire c'est aussi mon réveil-matin (bon ça c'est pas un problème en soi, mais j'y arrive, désespère pas). Le soir en me couchant, je m'assure de le laisser sur la charge et je programme mon alarme pour le lendemain. Je m'en sers même des fois dans mon lit, pis c'est là que ça commence à être vicieux (oui, t'as saisi mon jeu de mot, c'est comme une petite blague, chu sournoise de même des fois pis j'espère que ça te fait sourire). Le problème c'est que quand j'me réveille, on dirait que ça active un mode "panique" de prendre mon cellulaire en main pour éteindre l'alarme. Aussitôt, je vérifie si j'ai des messages, si j'ai manqué des appels, si j'ai des courriels,... Bref, ça fait même pas deux minutes que j'ai les yeux ouverts que j'suis déjà stressée, pis chu même pas encore sortie de mon lit. Crazy.



C'est quand même pervers comme machine un cellulaire. On dirait que ça fini par te faire croire que tu dois absolument être joignable en tout temps. Si tu réponds pas dans un délai raisonnable (et évidemment, c'est variable selon la personne ou la cause de la tentative de te joindre), tu te mets à angoisser de peur de te le faire reprocher pis si quand t'es en congé tu réponds quand même à tes messages, au final t'as jamais de break. Ça a beau être juste une petite bébelle qui fit dans ta poche de jeans, ça prend beaucoup de place dans ta vie.


Si tu l'oublies une seule journée chez toi, tu te sens tellement dépouillé que tu y penses 23871 fois pendant la journée en te disant que t'as peur d'avoir "raté" quelque chose d'important... Tout ça pour dire que cette année, si jamais j'te réponds pas aussi vite que d'habitude, fâche-toi pas please. C'est juste un choix que j'ai fait pour ma santé mentale, c'est rien contre toi, j't'aime encore autant. Anyways ça serait un peu prétentieux de me mettre à croire que j'suis indispensable, hein?


Bon dimanche! xxx



© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's