Toutes mes excuses.

J'ai pas toujours été la personne réfléchie que je suis aujourd'hui, et il m'est arrivé trop souvent à mon goût de dire des choses blessantes et de me rendre compte avec le recul que j'aurais dû me taire. J'ai encore quelques petites rechutes des fois, personne n'est parfait, mais je travaille fort. Si comme moi il t'est arrivé d'avoir à t'excuser mais que tu ne savais pas trop comment procéder, ma chronique d'aujourd'hui pourrait t'aider. J'ai décidé de consacrer cette chronique dominicale à des techniques pour s'excuser plus efficacement. N'oublions pas que parmi les trois choses les plus difficiles à dire, il y a les mots "je m'excuse" (accompagnés de "je t'aime" et de "j'ai besoin d'aide" sur le podium), alors on va essayer de rendre ça moins tough un peu. Pour que tu saisisses bien ce que je veux te dire, je vais accompagner mes consignes de petits exemples bien simples.



Premièrement, il ne faut jamais s'excuser pour les sentiments des autres. Tout le monde vit ses émotions différemment et on a pas à s'excuser de ressentir. Ça serait comme s'asseoir dans le feu et demander à notre cerveau de ne pas sentir les brûlures. L'humain est sensible, c'est d'même. "Je suis désolée que tu aies de la peine" n'est pas une excuse valable, c'est même un peu condescendant et c'est loin d'être réconfortant.


Mettons que ça te passe par l'esprit d'utiliser ces mots-là, essaye-donc de les remplacer par quelque chose qui concerne tes actions, genre "je suis désolée de t'avoir blessé". C'est court, mais au moins c'est reconnaître que t'as merdé. À ne pas faire (sous aucun prétexte, juste jamais), rajouter une justification à tes excuses. Genre "Je suis désolée de t'avoir blessé, mais j'étais vraiment à boute (ou pire, genre tu m'as poussé à boute)". Ça scrappe toute la patante. C'est comme essayer de diminuer ses torts, pis c'est plus frustrant qu'autre chose pour le receveur. En général, l'utilisation du "tu" dans des excuses n'est pas de mise. Ça a un côté accusateur et c'est toujours mieux perçu quand on communique au "je".



Si t'as envie de rajouter quelque chose à tes excuses, essaye-donc "Je suis désolé de t'avoir blessé, qu'est-ce que je peux faire pour arranger les choses?". Ça, c'est impliquant, c'est reconnaître ses torts, montrer qu'on a dans l'intention de faire une action réparatrice et c'est un pas de plus vers le pardon. Y'a aussi une chose que tu te dois d'ajouter, c'est ta demande de pardon. Ce morceau là est archi-important. "Je m'excuse" tout seul, c'est pas suffisant. Ajoute "me pardonnes-tu?", c'est comme ouvrir la porte pour la suite.


Même si tu fais tout ça bien comme il faut, attends-toi pas à un miracle immédiat. C'est pas parce que tu t'excuses que la personne que t'as blessée est soudainement rétablie. Ça prends du temps pour ça, faque laisse le temps au temps. C'est pas dit non plus que c'était nécessairement juste toi le problème, une dispute ça se fait à deux. En t'excusant en premier, tu montres simplement que tu tiens plus à ta relation (amicale, amoureuse ou professionelle) qu'à ton orgueil et ça, c'est magnifique.




C'est bien beau de savoir s'excuser, mais garde en tête que la meilleure excuse qui soit reste encore un changement de comportement. Tsé, on va se le dire, c'est pas winner de devoir s'excuser à répétition pour la même bourde, ça perd toute validité. L'monde a beau être ben fin pis toute, mais un moment donné on pogne toute notre quota.


Faut qu'on se dise aussi qu'il y a des choses qui sont plus difficiles à pardonner, voire impardonnables en apparence. Quand on se sent profondément trahi, c'est pas évident d'être réceptif aux excuses, même que c'est pas évident de pardonner tout court. Y'a une chose que tu dois savoir par exemple, c'est que quand t'es bourré de haine pis de rancune, tu pourris de l'intérieur pis c'est pas super sain. Parfois il faut pardonner les autres. Pas nécessairement parce qu'ils méritent ton pardon, mais juste parce que toi, tu mérites la paix.



J'feelais deep aujourd'hui. Des fois y se passe des drôles d'affaires dans ma vie pis j'aimerais donc ça que ça serve à quelque chose de bon. J'me suis dit qu'en partageant ces idées-là avec toi, au moins, elles seraient pas perdues. Être intelligent, c'est être capable de séparer sa raison logique de ses sentiments criants pour ne pas succomber aux impulsions passagères et négatives. Être encore plus intelligent, c'est s'entourer de personnes qui t'évitent d'avoir à utiliser cette intelligence pour séparer la peine de la réalité en te faisant vivre plein d'amour.


Bonne semaine, que ça en soit une bonne!






© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's