Le rhube.

Pas besoin d'être médecin pour savoir ça, on est en plein dans la saison du rhume. Partout, en tout temps, y'a constamment quelqu'un d'affligé par les maux classiques. Un qui tousse, un qui pète, un qui... Ah non, c'est pas vraiment ça hein? M'enfin. Pour avoir un peu de plaisir avec une chose aussi désagréable que le rhume, j'ai décidé de te fabriquer un top ten (avais-tu remarqué que j'aime ça? Haha.) des différents types d'enrhumés. Je suis certaine que tu vas en reconnaître quelques uns, allez hop!




1. La princesse. Cet enrhumé-là, quand tu l'as dans ton entourage, tu peux être certain que tu vas le savoir s'il est malade. Au moindre petit symptôme, c'est la fin du monde. Une plainte attend pas l'autre, une chance que c'est juste un rhume pis rien de trop sérieux, ça serait insupportable (pas juste pour lui, pour toi aussi).


2. Le naturel. Dès que la saison commence, celui-là se bourre de produits naturels. Tu peux le reconnaître facilement parce que tu peux le sentir quand il passe près de toi. Son odeur corporelle se situe quelque part entre la menthe, le sapin pis l'ail. C'est peut-être à force de boire des tasses d'échinacée trois fois par jour, ou alors c'est peut-être la gousse d'ail qu'il s'est rentré dans le derrière, mais clairement, y dégage.


By the way, va pas croire que j'suis contre la médecine naturelle, j'trouve ça génial de pouvoir pallier à différents malaises en utilisant les plantes. Je crois aussi que ça peut être efficace dans certaines situations, mais c'est juste qu'avec toutes les études qui ont été menées et qui soutiennent que c'est très peu (voire pas dutout) efficace contre le rhume, je demeure sceptique. Je ne demande qu'à être confondue!




3. Le refus global. Pas question de se soigner. Refus systématique de prendre du tylenol pour soulager la douleur et clairement hors de question de prendre des "cochonneries" anti-rhume. J'sais ben qu'il n'y a pas de remède miracle, mais tsé, c'est pas les outils qui manquent pour se faire un peu de bien. J'comprends pas la réflexion qui te pousse à refuser un soulagement, même temporaire.


4. Le fils à maman. Celui-là il a besoin de beaucoup de soin. Quand il a le rhume, il ne peut clairement pas assurer seul sa survie, il a besoin d'aide. Il faut que tu lui fasses couler son bain, que tu lui rappelles aux quatre heures qu'il est dû pour une nouvelle dose de DayQuill, et tu dois accompagner ça de petits plats réconfortants parce que sinon il va se laisser dépérir pis son virus va l'engloutir entier. Adieu monde cruel.




5. Le rhume d'homme. Lui yé convaincu qu'il souffre plus que tous les autres autour. Incapable de vaquer à ses occupations, juste se lever pour aller à la salle de bain entraîne une série interminable de soupirs et de bruits étranges. Toutes ses énergies sont dirigées vers son mal, pas surprenant qu'il ait de la difficulté à passer outre le temps que ses anticorps fassent leur job.


6. La grippe. Lui, y te dit qu'il a la grippe, même s'il fait juste morver pis tousser. Il ne connaît pas la différence. Toi par exemple, quand tu le vois se pointer au travail tu comprends d'emblée que c'est un rhume qu'il a, parce que si c'était une grippe, il serait à moitié mort et incapable de quitter son lit.




7. La sorcière. Impossible de comprendre comment son corps fonctionne. Il mange de la junk à longueur de semaine, ne fait pas de sport, galère plus souvent qu'autrement et ne prend aucun repos. Comment ça se fait donc qu'il est jamais malade lui?


8. Le guerrier. Peu importe son état, il te dit toujours qu'il va bien. Toi tu le vois bien frissonner, tousser ses poumons et se moucher le cerveau, mais lui, il refuse de s'avouer vaincu. "C'est rien, ça va passer" qu'il dit. Mais pendant ce temps, il répand ses bibites partout autour. C'est ben beau superman, je comprends que t'es faite fort pis toute, mais tsé des fois c'est bon de s'arrêter. Pour soi un peu, et pour les autres autour surtout.




9. Le phoenix. Dès les premiers signes du rhume, tu le perds. Il va se bâtir un nid chez lui et il n'en ressortira uniquement que pour ses besoins vitaux. Il ne se plaint pas à outrance, en fait tu l'entends pas vraiment, il disparaît, simplement. Son plan? Dormir trente-six heures par jour. Tu le reverras dans une semaine, lorsqu'il renaîtra de ses cendres.


10. Le zombie. Y'a la tête tellement pleine de morve qu'il est complètement absent. C'est à se demander s'il a un rhume ou s'il a eu une lobotomie. Aucune prise de décision possible, aucune initiative, seulement le pilote automatique. Fais-y pas garder tes enfants, il pourrait les oublier dans l'auto.



Dans l'espoir que si t'es enrhumé, ma chronique d'aujourd'hui t'aura fait oublier ton mal quelques instants. Souviens-toi, un rhume non-soigné dure quatorze jours et un bien pris en charge en dure deux semaines seulement *tousse*. Ça va passer!

© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's