Ça a pas fait un tabac pantoute.

Je sais pas si tu te souviens, mais en mai dernier, j'avais écrit sur l'implantation de la loi 44 qui venait d'interdire la cigarette sur les terrasses des bars et des restaurants. J'en avais parlé dans mon texte intitulé Ça va faire un tabac (que tu peux lire ici, si jamais c'est pas déjà fait). Une demi-année plus tard, j'ai choisi de faire un retour sur ça, pour te dire ce que j'en pense désormais. J'aime bien prendre du recul et réévaluer mes pensées pour voir l'évolution de celles-ci.




Les premières semaines suivant l'entrée en vigueur de la loi se sont mieux déroulées que je ne l'imaginais. Les gens ont été très compréhensifs et ont bien collaboré pour nous rendre la tâche un peu plus facile. La discipline que j'avais tant peur d'avoir à exercer s'est appliquée d'elle-même entre les clients. Les gens intervenaient entre eux (et poliment, j'suis pas mal fière de vous autres) lorsqu'un fumeur avait un petit oubli et s'en allumait une par distraction. Il faut dire que je comprends que ça se soit produit et que je sais que c'était rarement intentionné. C'est pas évident de changer une vieille habitude et c'est tout à fait comprenable qu'avec quelques verres dans le nez, les clients oubliaient la nouvelle loi et s'allumaient une cigarette par automatisme.




Chaque jour qui passe (même encore aujourd'hui, j'exagère à peine) quelqu'un me demande si c'est possible de fumer sur la terrasse. Chaque jour qui passe, je réponds que non, ce n'est plus possible. Chaque jour qui passe... ma terrasse est déserte. La belle saison est terminée que tu vas me dire, mais même cet été, il y avait moins de monde. Ma clientèle est composée de fumeurs majoritairement et le passage de la loi a laissé des marques visibles dans le bar et dans mon portefeuille. Les gens ont préféré se faire des BBQ entre amis chez eux pour pouvoir fumer librement et je les comprends. J'peux pas leur en vouloir, mais en même temps, ça fait mal.




Si t'as fréquenté le Nelligan's en hiver pendant les dernières années, tu sais qu'on a installé un système de chauffage pour permettre à notre clientèle d'être au chaud même dehors. Même si c'était dispendieux à faire fonctionner, l'équation était simple. Quand les gens consomment, c'est rentable de leur chauffer les fesses. Nos installations sont désormais complètement désuètes. Sérieux, on a beau avoir encore une aussi belle terrasse qu'avant, y'a pu personne qui s'en sert. C'est désolant d'avoir mis autant d'efforts pour rendre ça confo.


Au-delà du fait que la terrasse est déserte, y'a d'autres problèmes qui s'ajoutent. On a dû installer une affiche à la sortie du bar pour demander aux gens de pas parler trop fort en fumant sur le trottoir. Imagine-toi une gang de chauds-raides essayer de garder un volume convenable pour discuter, pis tu comprends tout de suite que ça dure pas longtemps (sans rancune gang, je vous comprends). Non seulement les gens parlent fort, mais ils se tiennent dangereusement près de la rue et des voitures qui passent. Je ne voudrais pas être un oiseau de malheur, mais je suis agréablement surprise que rien de grave ne soit encore arrivé et j'y pense tous les jours. C'est un stress bien présent dans ma tête... Il s'agirait d'une perte d'équilibre temporaire, d'une bousculade amicale ou d'une seconde d'inattention pour que la Côte Sainte-Geneviève soit le théâtre d'un drame.




C'est peut-être minime comme problème, mais la loi fait pas l'affaire du staff non plus parce qu'on a ajouté une tâche supplémentaire à leur (déjà longue) liste de choses à nettoyer à la fin de la soirée. Désormais, il faut passer un balai dans la rue, pour pas avoir l'air de gros gigons. On a installé un cendrier mural, mais tsé, les choses étant ce qu'elles sont, on ramasse probablement autant de botchs par terre que dans le cendrier. Je sais que ça, c'est une question d'éducation et qu'il faudrait dire aux gens de faire plus attention... Mais déjà qu'on les fait fumer dehors sur le trottoir à côté des voitures qui passent, on est pas pour les achaler encore plus, ils viennent chez nous pour passer un bon moment après tout.

Dans mon texte de mai dernier, je te disais que je comprenais l'idée derrière la loi 44 et je la comprends toujours. Je sais que c'est un pas de plus vers un monde sans fumée, et j'trouve ça très logique. C'est juste que pour ma part (et c'est un peu égoïste de ne penser qu'à moi), ça a pas apporté grand-chose de bon. Bon okay, c'est un peu défaitiste comme statement, mais ça n'a pas diminué le tabagisme. C'est pas ça qui empêche les gens de fumer. Je dois par contre admettre que clairement, les gens fument moins, mais tsé, ils fument quand même.




L'année dernière, on parlait d'ajouter un next level à la loi anti-tabac. On parlait d'interdire aux fumeurs de consommer les produits du tabac à moins de 9 mètres des édifices publiques de tout genre. En fait c'était même plus poussé que ça. On parlait d'une interdiction de fumer à moins de 9 mètres de toute "entrée d'air" d'un édifice publique, incluant les portes, fenêtres ou autre entrée possible. C'est quand même intense. On a beau être contre l'usage du tabac, c'est difficile d'être d'accord avec quelque chose d'aussi extrême que ça. Imagine les gens qui habitent au-dessus des commerces de la rue St-Jean, ils n'auraient plus le droit de fumer sur leur propre balcon? Faut laisser l'monde vivre, même si ce qu'ils font les tue un petit peu. C'est pas à nous de juger la façon dont ils vivent.




J'avais lu que cette seconde partie de la loi serait appliquée en novembre 2016 (genre là) et je me suis demandé comment les autorités allaient être en mesure de faire passer ça et de sévir en cas d'infraction. Je me demande encore comment ils feraient pour appliquer ça, d'ailleurs. Dans mon délire réflexif, je m'imagine des policiers-des-cigarettes parkés devant chaque immeuble. On manquerait clairement de personnel pour suffire à la tâche, faque on en viendrait probablement à instaurer un système de délation citoyenne. Après ça, c'est clair qu'il y aurait une méga-chasse à la snitch, pis l'monde s'entre-tueraient pour des cigarettes. Okay, j'exagère pas mal, t'as le droit de trouver que je m'emporte.


Que tu sois d'accord ou pas avec mon opinion, je t'invite à discuter du sujet dans les commentaires de ma publication sur Facebook. Je suis bien curieuse de savoir ce que tu en penses. Évidemment, on se garde une petite gêne (ou juste un peu de civilité, simplement) pis on reste poli et respectueux. Bon dimanche !



© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's