T'es belle, t'es bonne, t'es capable.

Il arrive à tout le monde de se regarder dans le miroir et de se trouver vraiment moche, des fois. Y'a des jours pires que d'autres, pis y'a des jours vraiment mieux que d'autres (fiou). Mes amis sont unanimes, ça arrive à tout le monde y parait. Je sais pas exactement ce qui se passe dans mon cerveau pour qu'un jour j'me trouve ben correcte, mais que le lendemain j'en vienne presque à me demander comment ça se fait que personne n'a encore fait de plainte au sujet de ce que j'ai d'l'air.




Les mauvaises journées sont pas mal toutes pareilles. J'peux me changer cinq fois avant d'aller travailler (pis si j'travaille pas c'est ben certain que j'va rester encabanée) pis soudainement, on dirait que mes morceaux prefs me font pu aussi bien. J'me regarde un peu, j'me tourne de côté, j'me rentre la bédaine (classique) pis je lâche un gros soupir. Heureusement, je suis une personne rationnelle et quand ce genre de chose m'arrive, j'envoie un sourire à mon reflet (j'me trouve toujours plus belle avec un sourire dans face, tsé) pis je m'éloigne de cette chose abominable qu'est mon miroir en me disant que c'est probablement tout dans ma tête que ça se passe. On s'entend que j'peux pas m'être transformée en ogresse en l'espace d'une seule nuit, quand même.


J'me souviens qu'au secondaire, j'étais parfois victime de moqueries à cause de mon apparence. Les adolescents peuvent être terriblement méchants, c'est bien connu. Je me souviens d'une fois en particulier, où j'étais revenue chez nous pas mal démoralisée. Je devais avoir 12 ou 13 ans, pis je m'étais faite écoeurer par des garçons parce qu'à leur avis, j'avais trop des grandes jambes. C'est de même dans ma famille, on est tous des grands slaques. Ce jour-là, mon plus vieux frère était à la maison. Il m'a vu la face et a tout de suite compris que ça n'allait pas. Bien qu'il était pas du genre très bavard avec sa "fatigante" de petite soeur, il a quand même pris le temps de me demander ce qui se passait, avec un intérêt vraiment sincère. Quand je lui ai raconté, il m'a dit "Tsé Manon, tout ces gars-là qui t'écoeurent parce que t'es grande, un jour ils vont se mordre les doigts parce qu'ils vont se rendre compte de combien c'est beau une femme avec des grandes jambes". En voyant mon air sceptique, il avait ajouté "J'le sais tsé, chu plus vieux que toi pis chu un gars". Ce jour-là il m'a dit exactement les mots que j'avais besoin d'entendre, probablement sans savoir à quel point ça ferait une différence dans ma vie. Je ne lui ai d'ailleurs jamais dit combien ses paroles m'avaient aidées à tenir le coup, ni même à quel point je lui en était reconnaissante encore aujourd'hui (merci Pascal).




Parfois je vois des filles chrômées à l'os pis j'me dis qu'elles n'ont sans doute pas eu ma chance. Elles n'ont pas eu de grand-frère (ou une autre personne importante) pour leur dire qu'elles étaient belles comme elles sont (sans vraiment le dire, parce qu'un grand-frère ça dit pas des affaires de même à sa petite soeur, c'est ben trop orgueilleux, ahah). Ta mère pis ton père ont beau te le dire en masse, on dirait que ça a pas la même valeur parce que tu sais que même si t'avais un bras dans le front, à leurs yeux, tu serais quand même une petite merveille.


Maintenant que je suis adulte, pour exprimer ma reconnaissance, je me fait un devoir de toujours exprimer les pensées positives qui me viennent par rapport aux autres. Quand je trouve que quelqu'un est beau, je le dis tout le temps. J'ai déjà arrêté une vieille dame dans la rue pour lui dire que je la trouvais très belle, j'ai son sourire imprimé à jamais dans la mémoire. Des fois ça me prend un petit effort pour surmonter ma crainte d'avoir l'air bizarre (parce que c'est quand même surprenant pis l'monde est pas habitué à tant de sincérité spontanée), mais quand il me vient des belles pensées, j'essaie de les partager. On sait jamais, peut-être que pour une personne quelque part, mes mots vont avoir un impact aussi positif que les paroles de mon grand-frère sur moi.




Je te l'ai déjà dit, mais j'adore les humains. J'les trouve tellement beaux quand ils aiment, quand ils s'aident, quand ils partagent. Y'a rien de plus sexé que quelqu'un qui est à l'aise avec lui-même et qui n'a pas de haine au coeur. J'adore les beautés atypiques. S'agit d'un détail, un grain de beauté, une dent croche, une cicatrice, un petit pli dans le front, une couette de travers ou un rire spectaculaire, pis j'tombe sous le charme. J'emmerde les campagnes publicitaires qui nous jouent dans la tête en nous montrant des visages plastiques ou en faisant la promotion de l'extrême minceur (attention ici, je n'ai absolument rien contre les personnes minces, ou celles qui ont des traits qu'on associe à la "beauté classique"). Je n'aime pas non plus la promotion des "formes généreuses", parce que c'est pas plus correct pour les personnes minces. Ce que je veux dire c'est juste que ça prend toute sorte de monde pour faire un monde, pis que toute ce monde-là peut être beau à sa façon, sans avoir besoin de se comparer ou d'entrer dans un quelconque gabarit préétabli. À force de vouloir faire comme tout le monde, on devient personne.




Avec toutes les connaissances qu'on a, tout ce qu'on devrait promouvoir comme image, c'est la santé. Pis là attention, je me permet une précision aussi. J'trouve pas ça plus sain de passer sa vie au gym pis de ne jamais manger de crème glacée (sauf si t'aimes pas la crème glacée, mais ça se peut pas que j'me dis). J'suis sûre que c'est meilleur pour la santé de manger une assiette de frites avec un sourire dans face que de se taper un smoothie au foin bio sans avoir de plaisir à le faire. C'est une question d'équilibre, après tout. La recette pour être bien est quand même simple. Bouge plus, mange mieux, mais essaye quand même de te récompenser parce que sinon tu toughera pas la run.




Je profite de la vitrine que j'ai ici pour te demander de me rendre un petit service, si tu es d'accord avec moi bien sûr. J'aimerais que tu ailles ajouter ton nom à la Charte Québécoise pour une image corporelle saine et diversifiée. Ta signature pourrait aider quelqu'un qui souffre de troubles liés à l'estime de soi, en changeant la face du monde qu'on voit dans les médias. Ça prend deux minutes, pis même si ça date de 2010, c'est encore très à propos aujourd'hui, je trouve. Si jamais tu penses que t'es trop petit pour changer les choses, rappelle-toi comment c'est d'essayer de dormir avec un moustique dans sa chambre.


Ah pis juste au cas où personne te l'aurait dit aujourd'hui, tu es magnifique, dedans comme dehors.




© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's