Petit kit du débutant

Je t'en parle souvent (parce que c'est toute qu'une fierté pour nous) mais on est le plus gros whisky bar du Québec. Cette semaine d'ailleurs, tu peux faire une visite du pub avec l'équipe de Punch (Vtélé) en regardant la partie de l'émission qui a été tournée pendant une dégustation de scotch tenue chez nous un peu plus tôt cette année. Tu remarqueras que j'ai habilement esquivé la caméra et même si j'étais en poste toute la journée pour le service, tu ne me verras pas dans cet extrait (j'ai fait ça pour des raisons bien personnelles, que je t'expliquerai la semaine prochaine dans un texte traitant de l'apparence physique et de la pression sociale qui y est reliée).


Je profite du hype de ce tournage pour te parler d'une de mes passions, le whisky. Il y a quelques années, j'avais composé un joli petit texte qui introduisait mon alcool fétiche aux néophytes et en le relisant, je me rends compte qu'il est toujours aussi accurate. Quand un nouveau client se présente au Nelligan's pour découvrir l'univers du whisky et que c'est sa première fois, je m'assure de lui faire savoir certains trucs avant de le laisser aller dans son exploration. Les points suivants sont en quelque sorte un must pour les débutants.


1. Prends ton temps : dis-toi qu’une once de ce doux élixir devrait te durer le même temps qu’un verre de n’importe quelle autre boisson alcoolisée. N’oublie pas que le degré d’alcool oscille autour de 40% et que c’est un liquide vieilli qui mérite d’être dégusté dignement.


2. Stimule tes sens : ce doux breuvage peut être apprécié non seulement par ta bouche, mais également par tes yeux et ton nez. Observe le liquide tourner dans ton verre et y laisser sa trace, note sa couleur, remarque la texture des gouttes qui redescendent (rapidement ou non) jusqu’au fond du verre. Hume délicatement les arômes en gardant la bouche entrouverte, sans toutefois y plonger ton nez trop profondément, je ne voudrais pas non plus que tu te brûles avec les vapeurs.




3. Mets-toi en plein la gueule : Je ne veux pas dire ici de te remplir la bouche, mais plutôt de prendre le temps d’envoyer le liquide partout pour stimuler tes papilles au maximum. Ça permettra à ta salive de bien enrober le whisky et d’ainsi éviter la sensation de brûlure causée par le haut pourcentage d’alcool. On suggère de conserver le whisky en bouche une dizaine de seconde, le temps d’en baver un bon coup avant de l’avaler.


4. Inspire, expire : cette notion précieuse viendra enrichir ton expérience en te permettant de prolonger le plaisir. Hume encore une fois le contenu de ton verre, les arômes que tu as sentis avant de le boire pourraient être transformés, amplifiés ou substitués par d’autres. Tu ne veux pas rater ça!




5. Récidive : si un whisky ne te plaît pas, laisse toi guider. Il existe quelque part une bouteille qui est faite pour tes goûts. Laisse-moi t'aider à la trouver, c’est ma passion! Je mentionne au passage qu'à chaque fois qu'un client se présente chez nous en me disant "j'aime pas ça le whisky", je vois ça comme un superbe défi à relever. C'est souvent une question de mauvaise expérience. Genre "j'ai déjà viré une brosse au Jack pis depuis ce temps-là chu pu capable de boire d'alcool fort". Ça prend évidemment un peu d'ouverture de la part de mon client, mais j'ai un taux de succès assez bon pour que j'en sois fière. Pis on va se le dire, c'est important de te donner une deuxième chance si ta première expérience s'est terminée la face dans un bol.



Ce que je pense de...


1. L’ajout d’eau : avec modération, elle peut révéler certains arômes et/ou en atténuer d’autres. C’est un gamble tout à fait raisonnable. Fais le test, commence par une boisson pure, puis ajoutes-y quelques gouttes. Astuce : Utilise une paille comme compte-goutte en plaçant ton doigt au bout pour y retenir une petite quantité d’eau que tu vas ensuite laisser tomber dans ton verre.


2. L’ajout de glace : honnêtement, ça masque le goût. Le whisky qu’on sert est si bon, pas besoin de le refroidir. Si toutefois t'as quand même envie de le faire, je te suggère de retirer le glaçon une fois la température désirée obtenue, ça évitera à ton verre d’être trop froid et/ou trop dilué.


3. Le scotch, les blends, les autres : les puristes diront que le scotch c’est le best. Je ne te dirai pas quoi faire, mais dis-toi que si quelqu’un a pris la peine de créer et d’embouteiller un mélange et qu’on l’a acheté pour te le servir, ça ne doit pas être si bête. L'appellation ne fait en rien la qualité du produit, encore une fois c'est plus une affaire de puriste que de saveur réelle.


4. Le nombre d’années de vieillissement : cette notion n’est pas nécessairement représentative de la qualité d’un produit non plus. C’est d’ailleurs pourquoi certaines distilleries tendent à utiliser des noms ou des millésimes pour identifier leur production. Par contre, on ne peut pas le nier, l’effet du temps joue un grand rôle dans la saveur… Mais le climat et la pression atmosphérique aussi, il faut garder ça en tête.



Si jamais ça t'allume de te faire jaser whisky, j'ai une idée pour toi. Chaque semaine (parfois deux fois par semaine) le quartier Saint-Jean Baptiste reçoit des visiteurs pour une balade gourmande organisée. Les Parcours Épicuriens (qui portent si bien leur nom) permettent à un paquet de gens de découvrir les établissements du coin en gang, pis chez nous évidemment, on sert du whisky à nos invités. Tu peux visiter les autres quartiers de la ville aussi, pis les guides qui vont t'accompagner sont vraiment sympathiques. Les clients ont toujours l'air d'avoir beaucoup de plaisir, pis d'après moi ça doit se finir pas pire cocktail ce petit tour-là, il faut vraiment que j'essaie une bonne fois.


Si la visite guidée c'est pas ton truc, tu peux aussi te procurer un billet pour les dégustations au Nelligan's (comme ce que tu as vu dans le vidéo du début). C'est animé par les gars de Québec Whisky, qui sont archi-compétents et qui ont un paquet d'anecdotes loufoques à te raconter pour te faire apprécier non seulement les produits, mais aussi le moment. C'est toujours la même formule, ça dure 3 heures, y'a 4, 5 ou 6 produits à découvrir (selon la valeur des bouteilles on ajuste la sélection) et le prix du billet varie selon ce qu'on choisit de présenter. À titre indicatif, la prochaine aura lieu le 10 septembre pis les bouteilles sélectionnées jusqu'à présent sont complètement débiles (voir l'image ci-dessous). Le genre de truc que tu t'achèterais pas nécessairement tout seul parce que c'est pas mal cher, mais que tu peux te permettre de goûter pour un montant dérisoire à cause de la puissance d'achat du groupe. Si tu veux plus d'info, fais-moi signe je vais répondre à tes questions personnellement.



Ça fait pas mal de stock à retenir pour aujourd'hui, mais j'espère que ces informations pourront te permettre de mieux profiter du contenu de ton verre lors de ton prochain passage chez nous. J'espère aussi avoir fait tomber quelques préjugés en t'expliquant comment procéder pour pas faire de grimace en buvant ton whisky. Oublie pas que la modération a bien meilleur goût, pis souviens-toi que c'est fort cet alcool-là pis qu'il faut prendre ça relaxe si tu veux pas te transformer en homme de Cro-Magnon au courant de la soirée. Au plaisir!





© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's