Sorcellerie

Depuis des millénaires, les humains se sont intéressés aux astres et à leur influence sur la vie terrestre (marées, tremblements de terre, crues, canicules/froids sibériens et tellement d'autres affaires). L'astronomie est d'ailleurs une des sciences naturelles les plus anciennes. Les égyptiens et les mayas, entre autres, s'appliquaient à construire leurs cités en fonction des étoiles et de leurs positions. Bien qu'encore aujourd'hui il soit difficile de saisir avec exactitude les motivations réelles derrière ces pratiques, on ne peut qu'en conclure qu'ils avaient déjà compris que les astres avaient un impact immense sur ce qui est vivant. Pour faire un parallèle avec l'alcool, ceux qui connaissent l'univers du vin doivent déjà savoir que certains vignerons se fient au calendrier lunaire pour leur culture biodynamique. Selon cette pratique, le passage de la lune devant chacun des douze signes du zodiaque aurait un impact sur la production des racines, des feuilles, des fleurs et des fruits. Il paraît que non seulement la vigne est influencée par la lune, mais que les papilles des buveurs le sont elles aussi, c'est capoté quand on y pense.


Petites croyances funky en lien avec la pleine lune? On raconte que si on se fait couper les cheveux à la pleine lune, ils vont pousser plus vite (*tousse*, c'est pas parce que je le mentionne ici que j'y crois, okay?). J'ai déjà entendu dire aussi que plus de femelles voient leur nouveau-né débarquer (j'ai utilisé le mot femelle juste parce que ça s'appliquerait autant aux humains qu'aux animaux, faudrait pas que tu te fâches, c'tait pas méchant) quand la lune est à son apogée. J'ai même déjà entendu des infirmières parler des "cas spéciaux" qui semblaient plus nombreux les soirs de pleine lune, particulièrement en psychiatrie (sans vouloir porter de jugement). C'est quand même pas facile à vérifier, pis j'peux pas te citer d'étude affirmant ou infirmant ces histoires-là, mais j'me demande quand même. C'est tu des légendes urbaines ou ben c'est vrai?



Travailler dans un bar, c'est l'occasion de faire des études sociologiques à chaque semaine. On peut étudier les comportements des gens, observer leurs réactions dans différentes situations et quand l'alcool s'en mêle, réaliser avec désolation comment l'Homme peut parfois (heureusement, très rarement) s'abaisser au niveau de la bête. Tu le savais peut-être pas, mais je suis un peu (un tout petit peu) ésotérique sur les bords. Je crois au karma, aux énergies positives et à la force de l'esprit (là je parle pas des esprits dans les maisons hantées, mais plutôt de la puissance de ton propre fort intérieur), pis avec les années et les différentes expériences, je me suis mise à croire que les cycles lunaires influençaient nos comportements. Si t'as eu un peu de chance, t'as peut-être levé les yeux au ciel en fin de semaine et remarqué que la lune était pleine. Le spectacle est toujours magnifique, le décor régulier se transforme souvent en scène mystérieuse sous l'éclairage quasi-divin de l'unique satellite naturel de la planète Terre. D'ailleurs pour ceux qui s'en rappellent, l'année dernière à la fin du mois de septembre nous avons eu la chance de voir une spectaculaire blood moon, phénomène rare (et moment magique!) qui a certainement marqué ma mémoire pour le reste de ma vie.



Malgré toute la beauté qui éclaire la nuit quand c'est la pleine lune, j'ai fini par constater que la sphère lumineuse provoquait chez certaines personnes des effets plus ou moins désirables. D'après-moi la légende du loup-garou est pas associée à la pleine lune pour rien, ça va te sembler douteux comme théorie, mais on dirait qu'à chaque pleine lune, l'effervescence est palpable pis le monde vire un peu fou. Évidemment, j'suis pas en train de dire que tout le monde est comme ça, ni même que c'est toujours si pire. Mon esprit critique me force à me demander si c'est parce que je sais que c'est la pleine lune que je porte une attention particulière aux incidents que j'en remarque plus que d'habitude ou si c'est parce que la pleine lune a vraiment un effet sur les gens, mais dans tous les cas, j'ai quand même observé quelques petites choses que je partage avec toi.


Depuis la mythologie grecque, les lycanthropes (loup-garou) font partie des récits folkloriques de toutes les époques. Tout le monde a déjà entendu une bonne vieille histoire de loup-garou. Dans "l'ancien-temps" (tranche de vie, quand j'étais petite j'étais pas mal convaincue que c'était de ce temps-là que ma grand-mère venait, pis que tout le monde était vieux dans l'ancien-temps) le loup-garou était souvent décrit comme une bête avide de sang, poilue et puante, avec une force surhumaine et une face à faire peur. Selon les cas, la malédiction transformait un homme (ouais, pour une raison obscure y'a pas mal moins de femmes loup-garou que d'hommes) partiellement ou totalement en loup, les nuits de pleine lune. De plus en plus, les récits modernes se sont rapprochés du côté "homme" et ont comme rendue la bête moins effrayante avec l'utilisation de méchants-beaux-pétards pour jouer les rôles d'homme-loup au cinéma. Ben je sais pas trop si c'est à cause du rapprochement avec l'homme ou quoi, mais un moment donné y'a quelque chose qui m'a frappé. Dans le fond, les loups-garous, c'est des gars chauds pis contrairement aux personnages de cinéma, dans la vraie vie ça arrive aussi aux femmes de se transformer en saoules.




Être barmaid, on va se le dire, c'est vraiment génial, mais... C'est comme n'importe quoi, les affaires poches qui nous arrivent, on dirait qu'on s'en souvient avec plus de précision que les affaires plus agréables. Un soir de travail très achalandé, après que j'aie demandé à un client de quitter l'établissement (on avait reçu des plaintes d'autres clients concernant ses paroles et ses gestes), il m'a jeté le contenu de sa pinte en pleine face. Je pense que c'était la chose la plus insultante qu'on m'ait faite et j'y ai pensé toute la soirée en serrant les dents (c'est pas le genre de truc que t'oublies facilement). Je me souviens avoir travaillé en me répétant que c'était pas si grave, que c'était juste de la bière, que ça allait sécher pis que j'allais me laver en rentrant chez nous, mais c'était plus fort que moi, ça m'avait mis en tabarnaque.


Ce soir-là quand je suis sortie du bar complètement claquée, j'ai regardé le ciel. J'ai vu une belle grosse boule de lumière blanche pis j'me suis dit "Yes, j'suis passée au travers".


Certains soirs, on dirait que tout le monde est sul gros nerfs. Ça arrive des fois qu'on a des semaines particulièrement rock n'roll, pis crois-le ou non, ça arrive vraiment souvent à la pleine lune. L'monde est débile. Ça gueule, ça se tasse pas, ça se bouscule, ça boit comme des cochons, ça oublie ses bonnes manières pis ça fait la vie dure aux travailleurs qui sont en service. Pour avoir discuté avec certains collègues barmans, j'pas la seule qui a remarqué. Si j'étais du genre à regarder le calendrier lunaire tu pourrais m'accuser d'auto-influencer mon jugement, mais je suis pas ça pantoute. J'pourrais même pas te dire quel temps il va faire demain, pis la progression de la lune est comme une coche au-dessus en terme de suivi que j'fais pas pis que j'ai pas l'intention de faire prochainement.


Je reviens toujours du travail à pieds, pis chaque marche d'après travail me permet de décanter un peu, si bien que c'est devenu une habitude. C'est probablement à cause de ça que j'en suis venue à la conclusion que mes pires soirées de travail fitaient étrangement avec les lunes pleines ou presque pleines. Par contre, ça serait de la mauvaise foi de ma part de te parler juste du mauvais côté de la pleine lune, parce que y'a quand même des affaires cool qui arrivent avec sa venue. Par exemple, les gens sortent en grosse quantité, pis ça pour un barman, c'est quand même l'fun. C'est toujours agréable de voir beaucoup de monde, pis on se le cachera pas, ça fait des belles ventes. En plus on dirait que quand la lune est pleine, y'a plus de monde sua cruise, pis c'est pas plate de voir les gens sur leur 36 avec un beau sourire dans face. J'sais pas trop quelle hormone ça stimule dans notre body, mais on dirait que les gens sont plus frivoles. Les liens se créent pis les soirées durent jusqu'à très tard. Cette semaine, avec l'arrivée du doux temps pis les fleurs qui commencent à se montrer le bout du nez, on dirait que c'est encore plus effervescent. C'est peut-être juste le congé férié de lundi aussi, mais peut-être que non.




Maintenant qu'on s'est parlé de ça, tu pourras plus t'empêcher d'observer toi aussi. Peu importe que tu sois d'accord avec moi ou pas (je sais qu'il n'y a aucune étude sérieuse qui ait vraiment réussi à recueillir des données assez significatives pour affirmer que l'Homme est influencé par les cycles lunaires), j'te gage que tu vas te mettre à porter plus attention. Les soirs où tu vas sortir pis que ça va être le bordel en ville, tu vas te dire "coup donc, c'est tu la pleine lune?" pis tu vas peut-être même avoir une petite pensée pour mes collègues et moi quand tu vas voir tout ça aller. Je sais bien que c'est un peu n'importe quoi ma théorie de la lune et des loups-garous, mais j'avais quand même envie de t'expliquer ma réflexion. L'haleine puante, les gestes erratiques, les comportements animaux... les gens se transforment parfois en lycanthropes-de-la-bwésson. Que j'aie raison ou tort avec ma théorie, avoue que c'est quand même comique de modifier les récits folkloriques de loups-garous en se disant qu'au fond, c'était juste un paquet de gars chauds qui profitaient de l'éclairage des rayons lunaires pour faire des niaiseries dans le bois. Haha.


À la semaine prochaine, mon loup ;)




© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's