La guerre, la guerre, c'est pas une raison pour se faire mal!

Chaque semaine depuis déjà trois mois, je te raconte quelque chose que je vis. Je t'ouvre une porte d'entrée dans mon univers pis des fois même, dans ma vie personnelle. On crée un espèce de lien que j'adore. De plus en plus, quand je sors quelque part, les gens me demandent si c'est moi la Serveuse du Nelligan's, pis je suis toujours ben fière de répondre par la positive. J'trouve ça malade que mon boss me paie pour écrire (je suis sûre que tu te demandais si c'était bénévole ou pas, ben là t'as ta réponse), j'pense que c'est génial d'être reconnue pour quelque chose qui sort directement de mon cerveau en passant par mon clavier pis chaque fois que quelqu'un prend le temps de me lire, j'me trouve ben chanceuse. Pour ça, j'te remercie ben gros (merci même à mes haters qui prennent le temps de lire religieusement chacune de mes publications, faque y sont fans pareille).




J'essaie toujours de rester légère, même quand j'te parle de choses moins drôles. Y'a toujours moyen de trouver quelque chose de positif dans ce qui nous arrive, pis je crois profondément que de penser comme ça, c'est la meilleure façon de vivre sa vie. Cette semaine je veux te parler de quelque chose que j'ai beau essayer de tourner de tous les côtés, mais que j'arrive pas à trouver sincèrement bon. Aujourd'hui je te parle de la compétition qui règne entre les bars (et ça s'applique probablement très bien aussi aux commerces en général), particulièrement dans mon quartier. Si tu sors dans le coin de Saint-Jean Baptiste (que je me plaît beaucoup à appeler St-Jean Batte), tu sais déjà que les rues sont bondées de beaux endroits pis que les gens du coin sont vraiment attachants. Même si je passe beaucoup de temps au Nelligan's, j'adore ça changer d'air et sortir aux alentours, aller voir mes amis un peu partout.


Mes patrons sont pas regardants, ils aiment bien eux aussi qu'on fréquente d'autres endroits. Ils sont les premiers à participer aux événements des autres bars, quand leur vie familiale le leur permet. Ils sont du genre à aller aux ouvertures des nouveaux établissements et à les encourager fièrement, même si théoriquement, c'est encourager la "compétition". Ils ont une vision très sage de tout ça et m'ont déjà dit qu'ils aimaient cent fois mieux créer des alliances que de se mettre quiconque à dos pour une affaire de business. C'est pour ça entre autre, qu'au Nell on vend la bière que la gang de la Buvette Scott nous a brassée (viens goûter à ça tu vas voir c'est bon dans yeule), pis que quand on fait des dégustations de whisky et bouffe, on essaie toujours d'acheter les produits les plus près de nous possible.




Chaque fois qu'un nouveau bar ouvre, j'entends les gens du quartier en discuter et émettre leurs opinions. Je trouve ça plus que naturel d'être curieux au sujet de la nouveauté, de se demander l'impact que ça va avoir dans le quartier, pis je comprends parfaitement les commerçants qui se questionnent sur l'incidence que ça pourrait avoir sur leurs propres affaires. On a tous droit à nos questionnements, nos craintes et nos attentes, on est humains, c'est normal de réagir à la nouveauté. Moi j'te le dis souvent, tant que ça se déroule dans le respect, j'ai aucun problème avec les opinions divergentes. Je pense aussi qu'un peu de compétition, si c'est bien reçu, ça peut apporter beaucoup de positif autour de nous. Si ça pousse certains établissements à se renouveler, à innover, à s'améliorer, je vois pas ce qu'il y a de mauvais là-dedans, à part la petite frousse.



Y'a quelque chose que je trouve particulièrement moche par exemple, c'est quand les commerçants s'acharnent à se salir les uns les autres, à se diminuer, à se taper sur la tête au lieu de dans le dos. Oh je sais ben qu'en affaires, ça joue dur. Mais messemble que si on travaillait à l'unisson pour aider nos confrères, tout le monde y gagnerait. Je sais trop bien que c'est utopique et naïf mon affaire, pis que c'est difficilement réalisable dans un domaine aussi redoutable que les affaires... Mais tabarouette qu'on serait forts si on se tenait par la main au lieu de se battre. On pourrait probablement, en s'unissant, faire un bien immense au quartier tout entier, juste en s'assurant une fréquentation réciproque des différents établissements qui l'animent. Faut pas oublier que c'est jamais bon pour la santé économique d'un quartier d'avoir des commerces inoccupés, ça fait mourir l'endroit quand il lui pousse des trous.


Dans le domaine des bars, à cause des permis d'alcool souvent donnés au compte-goutte, la compétition est vraiment féroce. Moi j'aime bien fréquenter plein d'endroits, même si j'ai mes petits préférés, évidemment. Si y'a une chose qui me coupe l'envie d'aller quelque part, c'est bien qu'on me fasse feeler comme une traître lorsque je choisi un endroit plutôt qu'un autre. Les clients sont libres, faut les laisser aller (j'écris ça pis j'entends la toune Les chats sauvages dans ma tête pis là j'suis sûre que je viens de te contaminer toi aussi, pis que tu vas chantonner ça toute la journée! Oups!) pis surtout les aimer. Quand on aime de tout notre coeur pis qu'on fait notre métier avec les meilleures intentions du monde, on a déjà un certain succès d'assuré. Pour le reste, faut être business wise pis mettre beaucoup d'efforts dans notre entreprise, une recette à l'huile de coude, genre.




Des fois ça me rend triste de voir les gens envier le gazon vert du voisin et essayer d'y semer le plus de graines de mauvaise herbe possible au lieu de s'occuper de rendre son propre terrain prospère. Tsé, en semant des mauvaises herbes chez ton voisin d'à côté, y'a un gros risque que ça se répande jusque sur ta propre pelouse. La haine engendre la haine, faut briser le cycle quelque part avant que le cycle nous brise. Je pense que ça prend la même énergie pour se rendre misérable que celle que ça prend pour se rendre victorieux, le choix m'apparaît tout simple. Là je sais que y'a du monde qui vont se reconnaître en me lisant, pis c'est tout voulu. Mon but dans tout ça, c'est vraiment pas de me faire haïr, c'est juste de partager une réflexion. Peut-être que j'me trompe, peut-être que j'ai tout faux, mais peut-être aussi que je tiens quelque chose, pis que ça peut servir.


Je sais qu'il y a des grosses industries qui viennent manger des plus petites, pis je trouve ça désolant. J'pas en train de dire que c'est toujours bon d'avoir un concurrent qui s'installe dans ton coin. Je pense cependant que quand quelque chose comme ça arrive, t'as le choix de surfer sur la vague ou de te noyer dedans. La vie t'envoie des citrons? Sors la téquila pis invite toute tes chums pour une grande fête. Faut pas oublier que les bars particulièrement, doivent rester des endroits de plaisir. Tu peux être certain que si y'a un party ailleurs qu'au Nell qui est motivé par le plaisir du partage et l'ivresse amicale, tu vas me voir débarquer.



Camarades, serrons-nous les coudes au lieu de nous entre-tuer. L'amour triomphe même si on est pas dans un conte de Disney. Commerçants du quartier qui lisez ceci, l'équipe entière du Nelligan's vous souhaite un franc succès dans vos affaires. J'ai déjà hâte qu'on s'organise une belle collaboration et que tout le monde puisse en profiter.


Bonne semaine mon petit chat sauvage!





© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's