Si tout le monde le dit, c'est sûrement faux.

T’as sûrement remarqué que mon texte d’hier a suscité beaucoup de réactions. Je vais t’avouer que ça me plaît é-normément. Certains sont intervenus intelligemment en proposant des pistes de solutions, en expliquant pourquoi ils étaient en accord ou en désaccord avec la nouvelle loi, pis à ma connaissance tout s’est déroulé dans le respect (je suis un peu stalker, j’ai lu les discussions sur chaque partage de mon article, 58 jusqu’à présent). Les réactions sont challengeantes, mais là faut quand même que je clarifie deux petites choses pour me soulager la conscience.


Premièrement, le papier qu’utilise la boite-noire-MEV, il est bel et bien NON RÉCUPÉRABLE. J’avais déjà fait mes recherches avant de mettre mon post en ligne (tsé, j’pas si folle non plus), mais pour être sûre à 100% j’ai quand même pris la peine de communiquer avec les responsables de chez Recyc-Québec. J’aurais donc aimé ça te dire que j’étais dans l’erreur, que le papier est recyclable… mais la réalité, c’est que non. On m’a dit qu’il n’y avait pas de papier thermique récupérable sur le marché québécois. On m’a cependant dit que ce produit existait, mais qu’on ne l’offrait pas ici. C’est comme une double désolation, pis même si je voulais sincèrement te faire plaisir, je ne suis pas capable de te mentir. Tu peux donc me faire confiance quand je te dis quelque chose, c’est parce que je me suis renseignée.


Faut quand même que je te dise que je suis très fière de toi. Je trouve ça très cool que tu te questionnes sur les vérités qu’on essaie de te faire avaler. Par contre je te rassure, j’ai l’opinion critique assez développé moi-même (j’en profite pour remercier Martin Legault, ancien prof au BAC qui m’a un peu beaucoup enseigné à remettre en question ce que je lisais). Je pourrais en profiter pour te jaser de doute méthodique en te citant Descartes, j’aurais l’air intelligent, ça me ferait une belle vitrine pis ça aiderait ma crédibilité pour les articles à venir… Mais j’suis juste une barmaid, faque j’ferai pas ça.


Avant de passer à un autre point, je lève mon chapeau à ceux qui ont été créatifs et qui ont suggéré des pistes de solutions (conserver tous les papiers et remplir une salle d’exposition pour dénoncer le gaspillage encouru, faire de l’origami et déverser tout ça dans les bureaux des responsables, détruire uniquement le code barre et conserver le reste du papier pour faire des bloc-notes…). Y’a un paquet d’idées géniales qui ont fait surface pour qu’on puisse réutiliser à défaut de recycler, pis je trouve ça magnifique.


La deuxième affaire que je dois mettre au clair après l’épopée du papier, c’est le bout où je dis que mes patrons vont me foutre à la porte si je me fais prendre en faute par un inspecteur. Je savais que ce morceau-là de mon texte était picky, mais j’ai consciemment décidé de le publier quand même. Tsé mes boss, si tu les connaissais, tu les aimerais toi aussi. Je voudrais surtout pas que tu te mettes à les pointer du doigts comme des gros méchants juste parce que j’ai dit qu’ils niaiseraient pas avec la puck au sujet des sanctions. J’suis sûre que ta mère t’as déjà dit quand t’étais enfant qu’elle jetterait tout tes jouets si tu ramassais pas le foutoir dans ta chambre (clin d’œil à ma propre mère, je t’aime maman). Ben c’est un peu la même affaire ici. Moi j’suis in love avec mes patrons, c’est une relation réciproque (entoucas, j’pense ben !) pis j’aimerais que ça continue comme ça. Évidemment, c’est pas en les faisant mal paraître publiquement que ça va arriver, faque j'ai comme besoin de toi un peu.



Le Nelligan’s c’est comme une grosse famille, je comparais ma patronne à ma maman plus haut, pis c’est en plein comme ça que je perçois l’affaire. Une autorité affectueuse et infinie, qui sème des petits avertissements gentils (mais sérieux) pour te faire marcher drette. Pis c'est ça une vraie mère, elle te fait juste assez peur pour que tu l’écoutes, pis en même temps tu l’aimes tellement que la dernière idée qui te passerait par la tête c’est de la décevoir…


Bon, maintenant que c'est clair, j'te dis à la semaine prochaine !

© 2016 Manon Choquette, alias la serveuse du Nelligan's